Bottes vertes négligence.jpg

La Loi sur la protection de la jeunesse définit et identifie trois types de négligence pour lesquels le DPJ peut intervenir lorsque les parents d’un enfant ou la personne qui en a la garde ne répondent pas à ses besoins fondamentaux ou lorsqu’il y a un risque sérieux qu’ils ne répondent pas à ses besoins fondamentaux :

  1. sur le plan physique, en ne lui assurant pas l’essentiel de ses besoins d’ordre alimentaire, vestimentaire, d’hygiène ou de logement, compte tenu de leurs ressources;
  2. sur le plan de la santé, en ne lui assurant pas ou en ne lui permettant pas de recevoir les soins que requiert sa santé physique ou mentale;
  3. sur le plan éducatif, en ne lui fournissant pas une surveillance ou un encadrement appropriés ou en ne prenant pas les moyens nécessaires pour assurer sa scolarisation.

La négligence vécue par un enfant a des conséquences cognitives, physiques, comportementales et émotionnelles graves qui auront un impact toute sa vie. La négligence, moins visible que peuvent l'être d'autres formes de maltraitance, cause des retards de développement importants . Il est démontré que le cerveau des enfants négligés peut être jusqu’à 30% plus petit que chez les autres enfants . Par conséquent, il est indispensable d’intervenir rapidement chez les très jeunes enfants. (Bilan annuel des DPJ-DP 2008)

Nous observons un fluctuation du nombre d'enfants à risque sérieux ou victimes de négligence entre les années 2004 et 2012 (Bilans annuels des DPJ-DP 2004-2015).         

Négligence.jpg