Bottes vertes mauvais traitements psychologiques.jpg
Les mauvais traitements psychologiques font référence à l’indifférence, au dénigrement, au rejet affectif, à l’isolement, aux menaces, à l’exploitation que peut subir l'enfant. L’exposition à la violence conjugale ou familiale fait également partie de ce motif de compromission (Bilan des DPJ-DP, 2008). Cette notion de maltraitance psychologique a été précisée lors des derniers amendements de la Loi sur la protection de la jeunesse entrés en vigueur au cours de l'année 2007. C'est pourquoi les donnée sont disponibles uniquement à partir de cette année.
 
La situation est considérée comme un mauvais traitement psychologique en vertu de l'article 38c) de la Loi sur la protection de la jeunesse lorsque l'enfant subit, de façon grave ou continue, des comportements de nature à lui causer un préjudice de la part de ses parents ou d'une autre personne et que ses parents ne prennent pas les moyens nécessaires pour mettre fin à la situation. Ces comportements se traduisent notamment par de l'indifférence, du dénigrement, du rejet affectif, de l'isolement, des menaces, de l'exploitation, entre autres si l'enfant est forcé à faire un travail disproportionné par rapport à ses capacités, ou par l'exposition à la violence conjugale ou familiale.
 
Nous observons un accroissement de près du double du nombre d'enfants victimes de mauvais traitements psychologiques depuis les années 2007 (Bilans annuels des DPJ-DP 2008 à 2015)
 
Mauvais traitements psychologiques.jpg